Quand le renforcement positif change la relation avec son cheval

Aujourd’hui, je laisse le clavier à Océane qui nous raconte son changement de point de vue par rapport au renforcement positif et l’évolution avec son cheval.

J’ai découvert le duo via instagram et je trouve que leur complicité se voit sur les photos… comme une évidence. Merci beaucoup Océane d’avoir accepté de nous raconter cette histoire et de nous partager quelques unes de tes séances. Je te souhaite une très belle évolution avec Hermès pour la suite.

Photo de @haritzlechene – Mahaut Ornellas

Je vous souhaite une belle lecture et découverte.

Comment le R+ a changé notre travail avec Hermès

Hermès a 2 ans et demi, je l’ai depuis plus d’un an. Comme tous les poulains, il “ne sait rien” et il y a tout à faire dessus.

Photo de @lakene_de_libex

J’ai toujours travaillé de manière assez classique et traditionnelle avec mes chevaux, tout en restant à l’écoute des envies de mes chevaux.

Après 5 ans sans contact (ou presque) avec les chevaux, voilà qu’Hermès fait irruption dans ma vie. J’appliquais avec lui ce que j’ai toujours appliqué avec mes précédents chevaux/poulains. Et très vite, je vois qu’Hermès ne trouve pas grand intérêt à ce que je lui fais faire (hormis les balades et les objets nouveaux), le travail à pieds “ça ne l’intéresse pas”. J’ai lutté quelques temps en lui proposant tout un tas d’exercices différents, toujours le même résultat, il le fait mais sans grande conviction…

Au bout de 6 mois, je vois que nous sommes bloqués, Hermès rechigne pour chaque exercice alors j’arrête tout à part les balades en main.

Il restait primordiale pour moi de le travailler à pieds afin de faciliter son débourrage et son futur dressage. Ayant bien vu que ce qui lui manquait c’était “la motivation” (car tout allait bien niveau physique), j’ai commencé à me documenter sérieusement sur les moyens de motiver les chevaux et au sens plus large, les animaux en général.

Le clicker training et renforcement positif arrivaient en tête de liste à chaque fois.

J’ai toujours été frileuse avec l’utilisation de la nourriture pendant les séances, aussi, cela m’a pris du temps pour me lancer. Mais fin août, après 3 mois de documentation intense (ahah) j’ai ENFIN sauté le pas. J’ai d’abord essayé sur Louve, mon chien-loup, pour voir ce que cela donnait et si je me sentais à l’aise. C’était sans appel, nous avons passé un super moment.

Le lendemain, clicker en main et friandises en poche, j’ai fait ma première séance de clicker avec Hermès.

Et c’était SUPER, enfin je retrouvais mon petit cheval intéressé et curieux !

Nous

Nous y avons été par paliers : déjà en contact protégé, puis dans un petit enclos et maintenant en liberté.

Photo de @haritzlechene – Mahaut Ornellas

En 3 mois, Hermès a progressé de manière rapide et régulière, sans jamais régresser.

Je ne suis pourtant pas une AS du renforcement positif, sachant que j’apprends en même temps que lui.

Je pense que l’avantage de cette méthode est qu’une fois qu’on a les bonnes bases en tête, cela s’adresse à n’importe qui !

Nous l’utilisons pour tout ou presque au quotidien, du travail à pieds aux soins.

Je pense qu’il est intéressant de préciser tout ce que nous avons réussi à améliorer/obtenir en seulement 3 mois (sachant qu’avant que nous commencions le clicker, tout cela était impossible et engendrait parfois des réactions violentes, pour les soins notamment).

Voici la petite (grande !) liste :

  • Brosser la tête
  • Prendre le vermifuge
  • Soigner ses yeux
  • Prendre ses 4 pieds et les curer
  • Il ne mord plus (merci les poulains et leurs jeux débiles ahah)
  • Mobiliser des épaules et des hanches par aspiration
  • Reculer par aspiration
  • Évoluer en liberté
  • Déplacements latéraux par aspirations
  • Saisir un objet avec sa bouche
  • Aller sur une cible désignée

 

J’en oublie certainement, toujours est-il qu’aussi complexes soient ces exercices, en seulement quelques séances (1 ou 2 en général), Hermès les exécute sans souci. Nous obtenons seulement quelques pas pour l’instant et tout est encore à améliorer, mais je ne vois que du positif et fini toujours une séance sourire aux lèvres et fière de mon petit cheval. Quant à lui il n’a jamais été aussi demandeur, même les soins se passent dans le calme et sans prise de tête.

Le clicker est peut être un cap à franchir, mais il faut oser se lancer, car le résultat en vaut la peine.

Quelques séances de Clicker Training avec Hermès & Océane

Hermès & Océane, un petit duo, heureux dans un pré.

Où retrouver Hermès & Océane ?

La communication animale ou intuitive avec son Cheval

Laurie a croisé ma route sur instagram ! j’aime sa bienveillance et son humilité.

 

La Communication Animale ou Intuitive, j’en avais déjà fait une avec Moka, qui a l’époque, avait été très pertinente. Parfois, on ne comprend pas tous les messages tout de suite, mais au jour d’aujourd’hui, je me rends compte, qu’au moment où elle avait été faite, cela avait beaucoup de sens. Puis j’ai fait le choix d’en faire une deuxième, avec Etincelle_Laurie, bien différente mais avec tellement de sens également. Nos chemins évoluent, nos relations avec nos chevaux évoluent et les messages transmis via ce mode de communication évoluent donc eux aussi.

 

La Communication Animale repose sur de fortes croyances. J’avais envie de vous dire que cela a peu d’importance, d’y croire ou de ne pas y croire. Cela apporte une perspective différente et nous ouvre des portes que l’on pense fermées. J’aime particulièrement ce que dis Hélène Roche à ce sujet, dans son livre « Les chevaux nous parlent… si on les écoute », qui a l’habitude d’avoir un discours et une approche scientifique. Je trouve cela donc pertinent de vous citer ce passage « Personnellement, je ne nie pas l’existence d’un tel mode d’échange. (…) Ce n’est pas parce que la science n’en a pas démontré l’existence qu’il s’agit forcément d’ésotérisme. (…) alors peut être qu’un jour on saura expliquer l’inexplicable grâce à de nouveaux outils de mesure. J’entends aussi que sans preuve, on refuse d’y croire ».

Ce dont je suis certaine, c’est que cette Communication Animale avec Laurie m’aura ouverte sur de nouvelles perspectives, une nouvelle façon d’aborder les choses, une ouverture supplémentaire…et un nouvel élan très positif dans ma relation avec Moka, j’en ai la certitude, c’est Moka qui me le montre ! Merci Etincelle_Laurie. C’était donc une évidence pour moi de demander à Laurie si elle acceptait d’écrire quelque chose pour Cheval Complice. Merci !

Je vous souhaite une très belle lecture et je laisse le clavier à Etincelle_Laurie !

Claire

************************************

Communiquer avec les chevaux 

Je pratique la communication animale depuis un peu plus d’un an et je me rappelle avoir communiqué avec un cheval lors de mes débuts. Il avait un problème à une patte et était terrorisé par les vaches, si bien qu’il refusait de passer à côté d’elles lorsqu’il était en ballade. C’était très embêtant pour sa cavalière parce qu’elle était obligée de le faire passer devant le troupeau pour pouvoir partir en promenade.

J’ai donc établi la connexion avec ce cheval, grâce à une méditation afin d’être sur la même longueur d’ondes que lui, et j’ai demandé à ressentir son corps physique pour voir l’origine de la douleur. Il est important de préciser que le cheval était suivi par un vétérinaire. La communication animale peut être un moyen à mettre en place en parallèle à un accompagnement vétérinaire. Lors de cette connexion j’ai senti le bout de mes pieds qui a commencé à fourmiller légèrement, comme s’il y avait une pression qui me serrait dans un espace trop petit pour mes pieds. En ce qui concerne la problématique des vaches, j’ai cherché à comprendre comment il les percevait en lui envoyant une image d’une vache et voici ce que j’ai ressenti de son côté : « elles sont comme des limaces ! Toutes molles, sans tenue, elles débordent de partout ! De plus on ne peut jamais savoir où elles vont, et ce qu’elles manigancent ! On ne peut pas s’y fier ! ».

Ce ressenti m’a beaucoup fait rire ! J’ai donc essayé d’envoyer des ondes rassurantes à ce cheval, et de lui expliquer que les vaches ne pourraient pas venir vers lui vu qu’elles sont entourées de barrières, et que sa cavalière saurait le protéger en cas d’attaques de ces dernières, s’il était amené à se faire attaquer une fois !

Suite à cette communication, j’ai partagé mes ressentis à la propriétaire du cheval, elle m’a fait savoir qu’elle avait appelé un maréchal ferrant pour contrôler ses fers et qu’ils ont réalisé qu’il y avait des cloques à cet endroit ! Des cloques parce que les fers étaient trop serrés ! J’avais donc bien ressenti cette sensation lors de la connexion !

Par rapport aux vaches elle a également beaucoup ris, elle pouvait facilement imaginer que son cheval ait ces propos à leur égard ! Cela lui ressemblait ! Puis lors des prochaines ballades elle m’a confié qu’il était toujours un peu hésitant mais qu’il réussissait à passer à côté d’elles plus facilement qu’avant la communication !  Il avait donc bien reçu mes messages !

Nous savons tous que les chevaux sont des êtres extrêmement sensibles, qu’ils ressentent tout, d’ailleurs ils sont de parfaits thérapeutes ! Mais avez-vous déjà essayé de communiquer avec eux ? Je suis sûre que vous apprécierez l’expérience, tout autant qu’eux d’ailleurs ! 😀

Etincelle_Laurie

************************************

Retrouvez Etincelle_Laurie

https://www.etincellelaurie.com/
Podcast : https://soundcloud.com/user-346832460
Instagram : https://www.instagram.com/etincelle_laurie/
Facebook : https://www.facebook.com/EtincelleLaurie/

Sydney nous raconte son parcours auprès des chevaux

04 Décembre – La Magie de Noël

Sydney est pour moi une rencontre formidable ! nos chemins se sont croisés 1 ou 2 mois après que Moka soit rentré dans ma vie. Quelle joie de partager sur les chevaux durant des heures et aussi sur tant d’autres sujets ! Je te remercie Sydney d’avoir accepté d’écrire ce beau témoignage pour Cheval Complice ! <3

Un Grand Merci Sydney, pour ton précieux partage. Je vous souhaite une belle lecture.

Les phrases magiques sont en gras… mais trouvez les vôtres ! Nous avons tous la liberté de choisir !

Claire

*********

Quand Claire, de cheval complice, m’a demandé d’écrire quelque chose pour son blog, si j’avais été en face d’elle, mon premier réflexe aurait été de me retourner pour voir si c’était bien à moi qu’elle s’adressait !

Kiriaki & Sydney

Moi ? Pourquoi moi ?

Je ne suis pas une professionnelle du milieu, ni une cavalière de concours. Je suis simplement une passionnée. De chevaux. Depuis….depuis mes premiers souvenirs en réalité.

Cette sensation de « manque de légitimité » pour qu’on me donne une voix sur ce blog, m’a suivi quelques heures et puis j’ai repensé à mon parcours. A celui de mes chevaux aussi.

Et aux gens que j’admire dans le milieu. Si vous vous attendez à lire des grands noms, vous allez être déçus. (À part peut-être celui de Frédéric Pignon).

Car en réalité, ceux qui m’ont inspiré le plus pendant toutes ces années, ce sont des gens simples (alors pourquoi pas moi finalement ?). Des gens vrais. A la recherche d’une relation solide et authentique. Ça n’exclut pas l’ambition. Mais ce n’est pas le focus.

Ceux qui cherchent la performance au détriment de la relation et du respect ne m’ont jamais intéressé.

Leurs conseils et leurs avis m’importent peu. Mis à part le fait qu’en les observant, parfois j’ai su exactement ce que je ne voulais pas.

Comme tout le monde, quand j’ai commencé à remettre en question tout ce qu’on nous inculque dans le milieu équestre, je me suis intéressée à ceux qu’on connaît tous.

Mais au final toujours pour finir dans un cul de sac. Les méthodes enseignées me laissaient toujours dans le doute et l’interrogation. Est-ce que je veux vraiment appliquer cela ? Est-ce que mon cheval est à l’aise avec ça ? Est-ce que moi je le suis ? Est-ce que ça nous convient ?

Tôt ou tard la réponse était souvent « non ». Mais je ne repartais jamais les mains vides. J’avais toujours quelque chose qui s’était glissé dans ma boîte à outils.

Ce qu’il me manquait cruellement dans tous ces enseignements c’est l’individualisation. On a une méthode et elle s’applique à tous les chevaux. En tout cas dans les grandes lignes.

Mais comment était-ce possible ? Ils sont tous différents. Chacun a son parcours, sa personnalité, ses craintes, ses points forts, ses aptitudes…

J’entends d’ici les adeptes de certaines écoles bien particulières dire « même si la méthode est là même dans le fond, on peut l’appliquer différemment à chaque cheval ».

Peut-être pour certains, mais ce n’est pas comme cela que ça se passe dans la pratique la plupart du temps.

Les chevaux, comme les humains, on leur colle des étiquettes. Ça nous rassure les étiquettes.

Le chiant. Le trouillard. Le dominant. Le con. Le gentil. Le bête. Le vicieux. Le fou. Le lent. Et tant d’autres.

Mais sait on seulement regarder les chevaux au delà de ces jugements ?

  • Et si « le chiant » était en réalité un cheval qui a une douleur depuis des années qui le met dans un inconfort physique, l’obligeant à ne pas tenir en place quand sa douleur se réveille ?
  • Et si « le trouillard » était simplement un cheval fidèle aux caractéristiques de son espèce ? Un animal de fuite a l’instinct de survie développé parce qu’il n’a jamais connu une relation rassurante lui permettant d’adapter son attitude ?
  • Et si « le dominant » était simplement un cheval qui n’a pas assez confiance en nous pour se laisser aller à être moins vigilant et moins dans la prise en charge des situations ?
  • Et si « le con » était juste moins con que nous, parce qu’il sent des choses que l’on a pas encore vues ?
  • Et si « le gentil » était en réalité juste un introverti, a qui parfois on casse les pieds avec nos maladresses mais qui n’extériorise pas sa détresse ?
  • Et si « le bête » était en fait un cheval très exigeant à qui on ne pose pas les questions de façons assez claire et qui nous met face à nos lacunes de communication ?
  • Et si « le vicieux » était un cheval désabusé. Lasse de toute l’injustice qu’il a connu depuis le premier jour de sa vie. Et qui est sur la défensive pour se protéger car personne ne le fera à sa place ?

 

Vous avez compris l’idée…

Je ne dis pas que c’est systématiquement le cas. Il y a une infinité de scénarios possibles. Mais est-ce qu’on se pose vraiment la question de savoir ce qui se cache derrière un comportement que l’on qualifie d’indésirable ? Surtout si cette interrogation nous met sous une lumière pas très glorieuse, nous humains ?

Est-ce qu’on a vraiment envie d’aller gratter et de découvrir ce qu’il y a en dessous de tout ça ? Et qui…? D’investir le temps nécessaire pour faire évoluer les choses ?

Quand je regarde mon propre parcours, il est très loin d’être parfait. J’ai fait plein d’erreurs, commis plein de maladresses. Mais je suis fière de ne jamais avoir perdu mon libre arbitre. D’avoir remis en question tout et tout le monde. Moi y compris. Et d’avoir toujours fait de mon mieux pour tenir compte de mon partenaire. De nos envies, nos capacités et nos objectifs. Ça ne m’a pas empêché de faire des bêtises. Mais à l’origine de mes impairs il y avait de l’ignorance ou un manque d’expérience. Pas un problème d’ego.

Mais ce n’est pas toujours facile. La remise en question est ce que je considère comme une de mes plus belles qualités mais aussi mon talon d’Achille. Quand est-ce qu’on va trop loin ? Quand est-ce qu’il faut se faire confiance, même si on est pas sûrs de nous ? Pas toujours évident de trouver un bon équilibre.

Le milieu du cheval est propice au doute. Les informations nous parvenant de l’extérieur, sont souvent loin de nos ressentis et quelques fois contradictoires.

Alors comment y voir clair dans tout ça ?

Kiriaki

Peut-être avant tout en tenant compte de deux paramètres. Notre cheval, puis nous; son humain.

Quand on a une sensation désagréable en suivant une méthode ou une technique ou qu’on applique un conseil, ce n’est pas forcément parce que ces choses sont mauvaises….c’est juste que notre instinct nous demande de s’arrêter sur cette sensation. Voir pourquoi elle est là. Qu’est-ce qu’elle vient nous révéler ? Sur nous, sur notre cheval…sur nous deux en tant qu’équipe. Si on ressent un malaise, il y a une raison. Plus on laisse nos émotions exister, plus on a à apprendre d’elles. Ça vaut aussi pour nos chevaux. Et ce n’est pas grave d’être perdus parfois.

Je me suis rendue compte qu’instinctivement, je me suis toujours tenue loin des gens qui détiennent (à leurs yeux) des vérités absolues. Ça n’existe pas pour moi, la vérité absolue. Je préfère apprendre aux côtés de ceux qui ont su revenir sur leurs positions une, deux, cent fois…

Parce que leur but n’était pas d’avoir raison, mais d’avancer et d’acquérir de l’expérience. Être bousculés, dans le doute…. mais avec le sentiment de ressortir à chaque fois avec un petit quelque chose en plus. Une information, une expérience, une révélation.

Ce que je sais aujourd’hui pour moi, et peut être que ça parlera à certains d’entre vous, c’est ça :

Il y a du bon à prendre dans toutes les méthodes/techniques. Il y a aussi toujours des choses à laisser. Il ne faut pas avoir peur d’adapter les choses à nos besoins. Pas avoir peur de dire non. Pas avoir peur d’affirmer nos ressentis non plus. Mais essayer de toujours rester ouvert au fait de remettre nos croyances en question.

Rien n’est immuable. Rien n’est vrai ou faux pour tout le monde. Pour chaque certitude que vous avez, vous trouverez toujours quelqu’un ou quelque chose qui sera l’exception. Parfois ça sera vous l’exception. Parfois ça sera votre cheval.

N’oubliez jamais que la seule personne à qui vous avez quelque chose à prouver c’est vous-même.

Et quand vous entendez la petite voix au fond de vous, faites lui de la place. Accueillez là et demandez lui ce qu’elle est venue vous dire. 

Kiriaki & Sydney

N’ayez pas peur de vous tromper. De ne pas faire comme tout le monde.

Les seuls yeux dans lesquels vous devez voir de l’approbation concernant vos choix sont ceux de votre cheval. 

Jo

Si vous m’avez lu jusqu’ici, j’en profite pour dédier ce que j’ai écrit a mes chevaux. Particulièrement à Kiriaki qui partage ma vie depuis 14 ans. C’est à ses côtés que j’ai vécu les plus beaux moments de ma vie. Grâce à lui que j’ai rencontré les personnes les plus précieuses qui m’accompagnent aujourd’hui. Il est mon rêve devenu réalité et il a dépassé toutes mes espérances en terme de relation, complicité et confiance.

Kiriaki

Mes chevaux m’ont appris tout ce que je considère comme utile dans ma vie. La patience, la résilience, l’amour, la persévérance et bien plus encore.

J’espère être à la hauteur pour eux. Avec mes imperfections et mes erreurs…mais toujours poussée par les meilleurs intentions.

Jo

Sydney

Frédéric Pignon, Matthias Geysen, la magie d’une relation homme/cheval

03 décembre – La Magie de Noël

Frédéric Pignon et Matthias Geysen sont pour moi des grands hommes de Cheval. J’ai participé en auditeur à chacun de leur stage et j’ai appris… on apprend toujours.

Ils sortent, je le trouve, des sentiers battus. Leur chemin avec les chevaux, est je le crois, majoritairement basé sur l’intuition et l’être, l’instant présent, au combien important pour les chevaux, selon moi. Ils passent alors la technique et les méthodes, en second plan. Ils ne la délaissent pas pour autant mais laissent une grande place à l’Être. Est-ce de la magie ? Peut-Être.

Ce que je trouve magique, c’est ce qui se passe entre eux et le cheval en l’espace de quelques minutes. Il faut le voir…

Ils sont observateurs et à l’écoute. Ils sont discrets tout en osant se montrer, par moment. Ils sont d’une grande humilité. Je n’ai pas trouvé son contraire et j’aurai aimé, mais pour faire simple, je trouve, qu’ils se sont libérés de l’Ego. Voilà ce que je perçois quand je les regarde.

Je dédie cet article à tous les amoureux de chevaux.

Les amoureux de chevaux sont tous, à leur façon, des femmes et hommes de cheval.

Quelque soit la technique, l’important c’est oser faire, oser se tromper, oser choisir, oser recommencer, oser partager en toute humilité, oser grandir et oser aimer avec votre cheval.

Oser faire un stage avec eux. Je vous le souhaite !

Claire

La magie du Clicker Training ? avant / après

02 Décembre

Un Avant / Après Magique ? 🎅

Voici la progression d’un cheval de concours qui n’aimait pas qu’on lui fasse la crinière. En 2 séances, cette jument est passée de :

⛔ se secouer,
⛔ reculer,
⛔ et bouger
à
✅ rester immobile,
✅ les oreilles en avant,
✅ et en liberté.

👍 Dans cette vidéo, c’est la jument qui choisit à quel moment elle accepte qu’on lui brosse la crinière. ⏱ Les prochaines séances pourront être consacrées à ajouter de la durée afin d’espacer les renforçateurs (un renforçateur est quelque chose que le cheval apprécie, suffisamment pour reproduire le comportement 🍐🥕🍏).

🐴 Cette jument avait de bonnes fondations au clicker training avant de débuter cet apprentissage. Le start button (bouton de démarrage) ne s’improvise pas. Il faut suivre certaines étapes rigoureusement afin de vraiment veiller à laisser le choix à l’animal et de ne pas mettre en place de mauvais conditionnements. C’est un fabouleux outil de communication qui nous permet également de déceler des douleurs physiques.

👉 Laetitia peut vous accompagner dans ces apprentissages avec le coaching personnalisé.

💛 Le starting button ou laisser à son cheval la liberté de choisir !

Et si les chevaux nous apprenaient la liberté ?

01 Décembre

C’est parti pour un petit marathon “La Magie de Noël” qui va donc durer 24 jours ! j’avais envie de l’appeler ainsi. Noël… c’est notre âme d’enfant. Les enfants sont des rêveurs et je crois qu’à ce niveau là, ils sont une source d’inspiration inépuisable !

La Reine des Neiges 2 m’a soufflé le mot Liberté

Une petite fille m’a emmené voir “La Reine des Neiges 2”. Je dois admettre que mon enthousiasme était mitigé à cette idée… cela fait bien longtemps que je ne regarde plus vraiment les dessins animés de Disney ou disons beaucoup moins. Petite, j’étais à fond. C’est le cas de le dire. Et bien… j’ai adoré ce Disney, pour le coup, plein de Magie !!! on a pleuré, on a rigolé et on a rêvé ! il est beau, les valeurs véhiculées sont belles.

Une valeur m’a particulièrement touchée : La Liberté. Savez-vous par quel animal est véhiculé la Liberté dans ce dessin animé ? le Cheval. La métaphore a été d’autant plus forte pour moi, d’une part parce que le cheval est un animal que j’aime profondément et ensuite parce qu’aujourd’hui, le cheval est soumis à beaucoup de contraintes… mais pas toujours celles que l’on pense. Beaucoup d’entre eux, nous demandent de préserver cette liberté, la leur mais aussi la nôtre. Je me suis rendue compte, de ma propre expérience, que les chevaux qui demandent le plus de liberté on un message fort à transmettre à leur ami Humain.

Noël c’est beau. Noël c’est la Magie. Noël c’est la légende du Père-Noël. Noël donne l’opportunité à chacun d’entre nous de re-plonger dans cette âme d’enfant, d’offrir et recevoir de l’Amour sans se poser aucune question. Et si Noël nous inspirerait à vivre notre vie comme si c’était Noël tous les jours ?

NOUVEAU : Et si pour Noël, vous offririez de la liberté à un cheval grâce à nos coachings personnalisés Clicker Training🤭🎉🐴 🎁
Pour vous ou à offrir en bon cadeau !

Mais n’oubliez pas ❤️ Offrons-nous la liberté de choisir.

Claire

Être présent avec son Cheval – L’instant Présent

Les chevaux sont des animaux d’intuition. Ils sont là. Tout de suite et maintenant.  Contrairement à eux, nous sommes bien souvent déconnectés de nos ressentis et émotions. A travers cet article, je vais vous transmettre quelques pistes de réflexions et outils pratiques pour être dans l’instant présent avec votre cheval.

 

Ne pas être dans l’instant présent, pourquoi est-ce un problème pour les chevaux ?

Quand nous pensons, nous faisons souvent des projections. Parfois, nous pensons à des situations qui nous posent problèmes. Rien que le fait d’y penser, nous fait ressentir des émotions : souvent de la peur, du stress… notre comportement, nos émotions ne sont alors plus en “phase” avec la réalité et l’environnement. Il y a un décalage. Le cheval le ressent de manière extrêmement subtile (les chevaux sont des proies qui ont une excellente lecture de leur environnement)… quand le cheval ressent du stress, cela représente un réel danger pour lui. Un danger vital. C’est pourquoi, avec les chevaux, il est important d’être conscient de cette instant de présence. Parfois, nous avons peur pour des raisons réelles (mais je dirai toutefois que dans 90% ce sont nos pensées qui créent ces peurs. Une vraie peur c’est, par exemple, se faire poursuivre par un lion… et réellement être en danger et passer en instinct de survie), le premier pas pour se connecter à l’instant présent et d’en prendre conscience et de nommer l’émotion.

 

Penser problèmes et solutions

J’ai une petite astuce à vous soumettre avant d’aller interagir avec votre cheval.

Vos pensées et projections sont créatrices de votre réalité. Il est intéressant de vous énumérer les problèmes que vous pourrez rencontrer avec votre cheval seulement si vous pensez aux solutions. Pensez donc problèmes ET solutions. Entrainez-vous à avoir des projections positives de ce que pourrai faire votre cheval, en étant réaliste. Être réaliste, c’est également être confronté à des difficultés, y réagir en appliquant la ou les solutions appropriées puis avoir une issue positive à la situation !

Aussi, avant de vous confronter à un problème avec votre cheval, si vous le connaissez d’avance, réfléchissez à comment vous pouvez le contourner, l’éviter… si votre cheval panique en extérieur alors il est très intéressant de déterminer les facteurs déclenchants et aggravants puis de travailler en aménageant l’environnement par exemple (distance, présence d’un autre congénère, présence de plusieurs humains, pauses plus fréquentes…etc).

Si vous ne trouvez pas de solution, documentez-vous, renseignez-vous, faites vous aider et accompagner.

Cela vous permettra d’être par la suite pleinement dans l’instant présent.

 

Quelques exercices pour être dans l’instant présent avec son cheval

Vous allez voir que se connecter à l’instant présent est accessible à tous. Je vous propose de faire ces exercices dans une zone de confort pour votre cheval (son box, son pré)… répétez ces exercices chaque jour. Vous serez alors peut être surpris du comportement de votre cheval :

  • Asseyez-vous dans le pré ou le box de votre cheval. Puis, prenez un brin d’herbe ou de paille. Avec vos doigts, touchez ce brin en ressentant ce que cela fait sous vos doigts : toutes les sensations que vous ressentez. De vos yeux, suivez le mouvement. Puis, vous pouvez amener ce brin à votre nez et le sentir. Vous pouvez aussi porter votre intention sur les sons.
  • Vous pouvez faire le même exercice en caressant votre cheval, en le sentant : restez attentif à tout vos sens.
  • Être présent, c’est aussi simplement ressentir vos émotions, les nommer.

 

D’autres petits conseils lors des interactions avec votre cheval (pansage, travail, balade…) : 

  • Quand vous êtes dans un cheminement de pensées en présence de votre cheval. Essayez d’en prendre simplement conscience. Ne vous jugez pas. Observez juste votre processus de pensées. Le fait d’en avoir conscience est déjà un état de présence.
  • Vous voilà en train de perdre la connexion avec votre cheval à pied en longe, vous sentez peut être la colère monter ou la peur : arrêtez-vous. Prenez conscience de votre émotion et nommez là. Sentez vos pieds sur le sol. Respirez et mettez votre intention sur votre ventre qui se gonfle et qui se dégonfle ou bien sur l’air qui parcours votre corps.

 

Pour aller plus loin sur l’instant présent, je vous conseille le livre « Le pouvoir du moment présent ».

 

Claire

Vlog #01 – Accompagnez Laetitia durant ses séances de Clicker Training avec les chevaux

On lance le format des Vlogs !

Désormais, découvrez-nous, la Team Cheval Complice, à travers des Vlogs ! Je suis super heureuse de partager des bouts de notre quotidien avec vous !  Laetitia de EduZen et intervenante sur les formations et coachings en ligne clicker training, a l’honneur de lancer le Vlog #01 qui est très axé Medical Training.

 

Accompagnez Laetitia de EduZen

À travers ce Vlog, découvrez le quotidien de Laetitia et ses entrainements avec différents chevaux sur des petits problèmes de comportements, la gestion de la frustration, les bénéfices du clicker training sur la relation et la motivation des chevaux mais aussi leur mise en confiance… et plus surprenant encore : la communication qui s’opère et qui peut parfois nous faire prendre conscience d’un problème physique ! Découvrez-le avec la jument auxoise et sa problématique sur les pieds.